Agnes Water/Town of 1770

Contrairement à mon appréhension, le ranger était super sympa après nous avoir réveillé à 7h du matin. Après le petit déjeuner, on se rend à une école de surf pour réserver un cours, mais pas de réservation nécessaire, il suffit de se pointer à 13h. En attendant, on va faire un tour à Town of 1770, appelée ainsi car Cook à débarqué ici en… 1770. Il y a un point de vue, une géocache, un resto fermé, une marina, et pas grand chose de plus. On retourne à Agnes Water pour grignoter avant notre leçon de surf ! On est seulement 5 dont 2 ont déjà de l’expérience, l’instructeur est un petit rigolo, il fait beau, les planches sont roses, j’ai réussi à me mettre debout : bilan d’une première leçon de surf réussie !

Je pense que la couleur de la planche a joué.

On passe la soirée à l’hostel avec deux israéliens rencontrés à Fraser (plus de la moitié des gens rencontrés à Fraser vont jusqu’à Cairns en stoppant aux mêmes endroits incontournables).

Le lendemain, je me motive tant bien que mal pour accompagner Omri et Theresa faire une balade. On fait un court circuit qui mène à un point de vue. Là une locale nous montre qu’il y a une baleine dans la baie. Elle est assez loin donc on ne voit que son jet d’eau de temps en temps mais elle bouge, se rapproche de la plage, puis jusqu’à nous. Elle est vraiment à deux pas, avec deux dauphins qui nagent devant comme pour lui montrer la route. C’est extraordinaire. Après 23 mois et jamais la bonne saison, j’ai enfin vu une baleine en Australie, et sans payer pour une excursion en bateau ! Dire que j’ai failli ne pas venir me promener !

Une photo ne rend pas compte de la magicitude du moment.

Agnes Water fut une excellente surprise (c’était pas trop au programme original) mais maintenant c’est l’heure d’enchaîner les kilomètres car j’ai un bateau qui part demain midi à 700 kilomètres de là. On fait une halte à Rockhampton, la capitale australienne du boeuf, pour le lunch, et pour faire le tour de la ville mais c’est rapide, parce que les beaux bâtiments à voir sont dans une rue en travaux.

Et quelques centaines de kms plus loin, on s’arrête dormir sur une aire d’autoroute.

Publicités
Catégories : Australie, Côte Est, Deuxième année | Poster un commentaire

Bundaberg

Est-ce qu’il y a plus grand que Melchisédech en taille de bouteille ?

Après avoir réorganisé un peu la voiture pour faire de la place à ma nouvelle covoitureuse, nous voilà parties pour le Nord. On s’arrête à Bundaberg, où on pique nique dans un parc avant d’aller à la rhumerie de la ville qui produit le fameux rhum… Bundaberg ! Dans n’importe quel bar en Australie, c’est celui qui est servi si la marque n’est pas précisée. La visite de l’usine est suivie d’une petite dégustation (petite parce qu’on reprend la route quand même) et j’y croise par hasard des anciens voisins de bungalow de mon auberge de Paringa.

On reprend la route jusqu’à Agnes Water / Town 1770 (date à laquelle le capitaine Cook a accosté ici) qui est la dernière ville dans laquelle on peut surfer, puisque plus au Nord se trouve la grande barrière de corail. On arrive tard sur le camp qui est bondé. Un touriste australien qui nous voit tourner en rond nous conseille de planter notre tente dans la partie normalement réservé à l’usage journée. Il nous accompagne même jusqu’à un emplacement possible. On commence à monter la tente et gonfler les matelas quand je me rends compte qu’on est situées juste devant un panneau « Camping interdit ». Oups, et merci du conseil cher touriste ! On décale le camp pour se donner un peu de crédibilité quand le ranger nous réveillera demain matin (c’est un camping payant de la ville, donc il n’y a pas d’accueil mais une personne qui passe de tente en van récupérer l’argent).

Catégories : Australie, Côte Est, Deuxième année | Poster un commentaire

Rainbow Beach et Fraser Island

J’arrive à Rainbow Beach juste à temps pour le briefing pré-tour. Les groupes de 8 (par voiture) sont faits et énoncés par le staff, ce qui évite le moment embarrassant de … je vais où… je connais personne… qui je vais choisir… Bref, me voici en équipe avec 3 néerlandais, 2 anglais et 2 irlandais (qui arrivent plus tard). Le briefing nous donne quelques conseils sur la conduite dans le sable, un vague plan de l’itinéraire (c’est pas toujours le même donc il est un peu décidé du jour au lendemain), quelques faits sur Fraser Island et voilà! Et comme on est obligé d’être là la veille et qu’il n’y a pas de coin gratuit, je passe la nuit dans ma voiture à l’hostel pour profiter de la douche et des toilettes. La soirée, qui est un peu faite pour sociabiliser avec les gens, me sert plutôt à faire le tri dans la voiture et préparer mon sac.

Sur la plage de 75 Mile (même si les Australiens comptent en kms)

Le lendemain on a le droit à des pancakes vegans (ceux qui ne mangent rien qui vient des animaux) étonnament bons pour des trucs sans oeufs ni lait, avant d’embarquer dans les voitures. A 8 avec chacun un bagage, même petit, c’est pas le grand luxe au niveau place. Il y a 8 voitures en tout mais elles sont séparées en 2 groupes de 4 avec pour chacune une voiture leader avec un guide. Comme on est tous conducteurs dans la voiture, le volant devra passer de main en main. Le premier à conduire est l’irlandais jusqu’au ferry. Il est assez brusque dans le changement de vitesse alors ça secoue. Et on est que sur du bitume pour le moment… Je prends le volant pour monter et descendre du ferry (il devait pas être trop confiant) puis on longe la plage jusqu’au village (ou je dirais plutôt resort) d’Eurong pour le lunch. Il pleut assez fort mais pas trop longtemps sur la route, ça promet pour les jours qui suivent :-/

Après manger, le ciel a bleui, et c’est tant mieux parce qu’on se rend au magnifique Lake McKenzie vers l’intérieur de l’île. Quand je vois l’état des routes, je me dis qu’effectivement Claude aurait eu un peu de mal à passer alors pas de regret. En revenant du lac, on est un peu à la bourre pour arriver au camp avant la nuit et avant la marée haute, du coup ça roule assez vite, le guide arrête pas de dire de presser le pas et ça stresse et panique sûrement le conducteur de la voiture devant nous parce qu’il fait tout en zigzag. On arrive quand même au camp sans encombre, houra !! C’est l’heure d’une petite bière sur la plage en regardant les étoiles avant le dîner, que chaque groupe prépare soi même. Après ça, le feu de camp et ses traditionnels marshmallows rassemblent les troupes et permettent aux groupes de se mélanger et de faire connaissance.

Sable blanc, eau turquoise, manque plus qu’un ciel un peu plus bleu

Le jour suivant, on se rend au nord de l’île, aux Champagne Pools, piscines naturelles qui donnent l’effet de se baigner dans du champagne lorsque les vagues passent au dessus des rochers et viennent s’affaler dans les bassins calmes. Bon je me suis jamais baignée dans du vrai champagne mais ça y ressemble sûrement. Puis on s’arrête à Indian Head,  un petit promontoire duquel on est sensés voir un peu de vie maritime, mais rien aujourd’hui. On retourne au camp pour le déjeuner avant de redescendre à Eli Creek, une petite rivière d’eau douce que l’on peut descendre en bouée. Ca va vraiment pas très vite, une fois suffit. Et c’était la dernière activité de la journée, on rentre au camp pour le dîner, la musique, les marshmallows, les bières…

4 voitures de 8 personnes, ça fait du monde à Indian Head

Pour le dernier jour, on s’arrête enfin à l’épave du Maheno, devant laquelle on est déjà passés plusieurs fois. Il était prévu ensuite qu’on se rende au Lac Wabby, entouré de forêts et où une dune se jette dans l’eau, à la place on va au Lac Garrawongerra, qui malgré une eau probablement très propre ne donne pas très envie de se baigner avec sa couleur rouille. On s’arrête à Happy Valley pour le déjeuner avant de reprendre le ferry au sud et de rentrer sur le continent. Pour fêter la fin de l’aventure et l’anniversaire d’un de notre équipage, on va boire quelques bières sur la plage, puis la soirée se passe au bar de l’auberge avec musique live.

J’ai sympathisé avec une autrichienne qui va voyager avec moi quelques jours jusqu’à Airlie Beach. De toute façon, tous les voyageurs rencontrés, font la côte est vers le nord et leur prochaine étape c’est les Whitsundays (comme moi), soit vers le sud et ils s’arrêtent à Noosa, d’où je viens.

Le bilan de ce premier tour organisé :

+ des rencontres sympas, des véhicules vraiment tous terrains, la bouffe prévue pour les 3 jours, des tentes déjà installées

– on aurait pu voir plus de trucs au lieu de rester 2h à glander au même endroit, un guide qui en a pas grand-chose à faire et qui raconte rien, des lieux bondés à caude des groupes de 8 voitures

Catégories : Australie, Côte Est, Deuxième année | Poster un commentaire

Noosa

Arrivée à Noosa vers midi, il pleut. Je passe l’après-midi à la librairie, à l’abri. Le soir venu, je commande une pizza et file au camping gratuit le plus près, à 25 kms de la ville. C’est petit, y a du monde, mais je trouvé quand même une place relativement à l’écart… jusqu’à ce qu’un camping car se gare 1m50, avec la porte d’entrée et la lumière extérieure qui donnent sur ma voiture. Mon espace vital est plus qu’empiété, surtout que les habitants sortent fumer toutes les 5 minutes et une fille s’est assise sur mon capot croyant la voiture vide (qu’elle soit vide ou non ça se fait pas de toute façon). Heureusement tout le monde va se coucher relativement tôt.

Je retourne le lendemain matin en ville, commence par quelques courses avant de rejoindre le parc national de Noosa. Le parking est archipel complet, y compris les rues adjacentes et comme j’ai l’intention d’aller faire une longue marche, j’ai pas envie d’être garée à Petaouchnoc (tiens je crois que c’est la première fois que je vois ce mot écrit). Heureusement il y a d’autres portes d’entrée au parc, avec plein de possibilités de se garer. Plusieurs chemin balisés parcourent le parc et c’est avec une combinaison de plusieurs que je fais une boucle de 10 kms qui passe par la forêt, longe la côte et monte à une colline qui n’a pas de point de vue.

J’ai pas du être impressionnée par les paysages parce que c’est ma seule photo de Noosa

Après cette marche revigorante, je rejoins Jessi, l’allemande avec qui j’ai habité/travaillé à Renmark et courtement voyagé en Tasmanie. Elle reste chez un couchsurfer à deux pas d’une plage à l’est. On va y faire un tour mais le soleil est déjà assez bas et ne réchauffe plus grand chose. Comme on a l’intention de sortir ce soir, je réserve un hostel pour ne pas avoir à retourner à 25 kms. On est samedi soir et le choix est restreint, je suis obligée de me rabattre sur une chambre de 18 à Nomads, qui a une réputation de repaire de fêtards. Effectivement, quand j’arrive dans la chambre, c’est le boxon, c’est pas évident de voir quel lit est libre mais avec de l’aide j’en trouvé un, et peu de temps après la majorité de la chambrée joue un jeu à boire…. jusqu’à ce que les gars de la sécurité débarquent et confisquent les cubis de goon (le vin pas cher que boivent les backpackers et qui donne mal au crâne).

Je rejoins ensuite Jessi et ses colocs temporaires pour boire un coup ou deux. On trouve un bar sympa mais lorsqu’il ferme (tôt), il est difficile de trouver un autre endroit : soit on a 10 ans de trop et 10 verres de retard, soit on est pas assez chics et riches. Quand je rentre enfin à ma chambre, quelqu’un a déplacé mes affaires et dort dans mon lit !! Heureusement il y a un vigile 24/24h qui me trouve un lit dans une chambre voisine. Décidément, cet hôtel mérite bien une note et un commentaire de m…de sur TripAdvisor et compagnie.

Je ne tarde pas ici et quitte cet hostel avec plaisir le lendemain. Sur la route de Rainbow Beach, où je dois arriver ce soir pour un briefing avant le départ demain matin, je m’arrête faire ma lessive à Gympie. Au lavomatique, Claude et sa plaque d’immatriculation du Territoire du Nord attirent la curiosité d’un Australien avec qui j’ai discuté tout le temps que mes affaires se lavent et sèchent (en partie).

Catégories : Australie, Côte Est, Deuxième année | Poster un commentaire

Brisbane

Après m’être installée à l’auberge, je vais passer la soirée avec Amanda, ma collègue de Pine Creek qui rend visite à sa famille, dans une banlieue à l’est de Brisbane.

Le jour suivant, elle me rejoint en ville pour la balade recommandée du Lonely Planet qui passe par les principaux trucs à voir de Brisbane : gare, mémorial, rue piétonne commerçante, rivière, grande roue, jardins botaniques… Amanda n’avait jamais autant marché ! Puis on prend le bus pour rejoindre ses fils pour le lunch. En revenant en ville, elle prend le train pour rentrer et je traîne encore un peu, en commençant par le musée, gratuit et interactif. Avant de rentrer, je fais quelques courses pour me préparer un vrai repas chaud, ça fait longtemps. Il y’a une compétition de billard ce soir à l’hostel mais comme je veux pas blesser l’ego de quelques garçons, j’opte pour un film sur l’ordi pour la distraction du soir.

Je quitte la ville le lendemain matin pour Noosa.

Vue du centre de Brisbane depuis South Bank

Catégories : Australie, Côte Est, Deuxième année | Poster un commentaire

La Gold Coast et son arrière pays

Le gars de l’agence de tourisme m’a conseillé les chutes de Killarney, don’t le bassin de réception est en forme de coeur, à juste un petit détour de mon trajet. Le détour australien n’a pas les même proportions que pour tout le monde, et celui-ci inclut beaucoup de virages. Arrivée là bas, les chutes sont fermées avec des barrières et des pancartes menaçant une amende. On va pas se risquer hein ! Mais puisque je suis dans le coin, je pousse jusqu’au parc national de Lamington, un des 10 truc à faire dans le Queensland du Lonely Planet. Il y a plusieurs marches à faire, longues pour la plupart mais j’en choisis une courte qui passe à travers la forêt « tropicale » jusqu’à un point de vue (et une geocache). Je continue un peu le chemin jusqu’à la prochaine geocache, où je trouve aussi… un serpent ! Je ne sais pas si c’est un dangereux ou pas mais je ne vais pas aller le titiller, même sans poison il a des dents. Des promeneurs australiens croisés au retour m’affirment que c’est un carpet python (python de tapis ?!) Donc pas venimeux. Ouf, je n’étais pas à deux pas de risquer ma vie !

Un joli python de tapis

Un animal non identifié de la famille des lézards

Je reprends la route lorsqu’un attroupement de parapentes et deltaplanes attire mon attention. Je reste une heure à les regarder décoller avant de repartir pour Surfers Paradise, une longue plage bordée de buildings. J’y reste même pas une heure le temps d’un en-cas, parce que le parking est hors de prix et comme je viens de le décrire, c’est une plage avec des buildings. Et j’atteins Brisbane, ma destination finale pour la journée en milieu d’après-midi.

Catégories : Australie, Côte Est, Deuxième année | Poster un commentaire

Byron Bay

Avant de me rendre à a plage, je fais un détour par Byron Bay, LA ville devenue hippie après que des festivaliers d’Aquarius en 1974 y aient élu domicile permanent. Les façades de la rue principale sont colorées, certains habitants ont des dreads, il y a des magasins de pipes et d’herbes légales, des cafés bien sûr et une fabrique de bougies. Certaines sont tellement jolies et sophistiquées que j’aurais pas envie de les brûler. Ce fut vite fait, maintenant à moi Byron Bay !

Après m’être décrassée à l’auberge, je vais prendre un peu le soleil à la plage qui se trouve à 1 minute à pieds. Mais dès que le soleil se couche, il fait plutôt froid ! Pour diner je me fais un resto qui sert d’excellents falafels (c’est ce qui se dit mais je manque de comparaison) et puis je rentre parce qu’un resto toute seule ça me dérange pas, un bar toute seule je le sens pas.

Le lendemain je me rends dans une agence de voyage pour réserver un tour en 4×4 pour Fraser Island et une croisière pour les Whitsundays. Je ne suis pas du genre tours organisés où on est « forcés de se faire des amis » mais ces 2 destinations sont presque impossibles à explorer par soi-même. Après avoir dépensé une grosse somme d’argent d’un coup, je mise pour des activités gratuites pour l’après-midi : une balade à pieds jusqu’au phare le plus puissant et le plus à l’ouest d’Australie, en passant par le point le plus à l’ouest du continent australien où j’ai vu des dauphins nager et jouer dans les vagues puis une pause à la plage jusqu’au coucher de soleil. Une fois que la lumière a faibli, je roule un peu vers le nord sur l’autoroute jusqu’à une aire qui s’appelle Sleepy Hollow pour passer la nuit. Devrais-je avoir peur ?

Le phare le plus à l’ouest d’Australie

Catégories : Australie, Côte Est, Deuxième année | Poster un commentaire

Geocaching à Amiens

Première réflexion de la journée : il me faut des sous. Grâce au service « retirer de l’argent sans carte bancaire » de ma banque, je peux retirer à la ville suivante malgré une agence fermée (on est dimanche) et mettre l’essence pour continuer. Youhou ! Je roule vers le nord, en m’arrêtant à quelques villages pour geocacher,  jusqu’à ce que je passe la frontière du Queensland. Ça y est, j’ai mis un pied dans les 8 états/territoires australiens ! Et comme quand la pluie tombe sur Kad Merad une fois la pancarte « Pas de calais » franchie dans « Bienvenue chez les Ch’tis »,le soleil commence à briller une fois la pancarte « Queensland » franchie. Véridique. Ma destination d’aujourd’hui c’est … (roulement de tambours) … Amiens ! C’est légèrement plus petit que celui que je connais, mais il est à deux pas de Pozières en passant par Passchendaele. Bienvenue sur le Front Occidental Australien. Voilà j’ai fait mon tour, je repars maintenant vers la côte.

Bienvenue sur le Front Occidental !

Catégories : Australie, Côte Est, Deuxième année | Poster un commentaire

Waterfalls Way

La Waterfalls Way est une route sinueuse qui passe par la forêt tropicale, quelques villages et, comme son nom l’indique, des cascades. La première est Dangar Falls à Doringo. Après ça, je fais un crochet de 70 kms et 128 virages (aller simple), sous la pluie, avec dérapage non désiré mais contrôlé (merci Flaine) pour aller au musée des choses intéressantes de Nymboida, dont le propriétaire n’est autre que Russel Crowe. FERMÉ. F-E-R-M-É. J’arrive pas y croire. Peut-être que Google ou Lonely Planet auraient pu m’en informer avant que je gâche 2h (aller-retour) ! Maigre consolation, j’ai vu des Bambi sur la route… Bref, je retourne sur la Waterfalls Way avec les chutes d’Ebor. C’est sympa mais ça casse pas trois pattes à un canard. Surtout que je suis plus préoccupée par : où est ma carte bancaire qui était dans ma poche ?! Pour l’annuler il me faut du crédit internet (je n’ai plus que du crédit nuit à partir de 20h, il est 14h30) mais pour ajouter du crédit internet, il me soit une carte bancaire, soit du crédit internet pour payer avec Paypal, vous voyez le problème ?! Heureusement je peux encore appeler et Gwen me trouve le numéro pour annuler ma carte, la nouvelle sera livrée à Brisbane, où je serais la semaine prochaine. Un souci en moins, je continue la route jusqu’aux chutes de Wollomombi. Les plus belles des trois je dirais, où du moins les plus hautes et impressionnantes. J’ai marché jusqu’à un point de vue pensant que le chemin faisait une boucle jusqu’au point de départ mais non, demi-tour ! Fin de la Waterfalls Way à Armidale, comme il fait noir et il pleut je continue vers le nord jusqu’à un camp. Je retiendrais que dans cette journée ponctuée de quelques ratés, la pluie a été en ma faveur, elle s’est effacée quand je sortais de voiture et me baladais et ne s’est manifestée que quand j’étais à l’abri fans la voiture.

Les chutes de Wollomombi à gauche et Edgar à droite

Catégories : Australie, Côte Est, Deuxième année | Poster un commentaire

Plage, mer, océan

Je prends la route touristique dite des lacs au lieu de l’autoroute pour Forster, que je connais de nom parce qu’une collègue d’il y a 2 ans en est originaire. Je ne fais qu’y passer rapidement parce que le soleil se couche et qu’il n’y a pas de camp aux alentours. Le prochain est au terrain de sport de Taree, où j’essaie un nouvel arrangement pour dormir (sur la banquette arrière au lieu du siège passager allongé).

Après une nuit meilleure que les précédentes (nouvel arrangement adopté !) Et sûrement moins froide, je vais à Port Macquarie prendre un café et lire sur la plage. Au soleil, il fait très chaud, ça faisait longtemps. Pas assez pour aller me baigner comme tous ces fous avec leurs planches cependant. Pour le lunch je me rends à Crescent Head, d’où la longboard estvoriginaire paraît-il. Je monte avec mon bouquin sur une colline d’où on peut voir les 20-30 surfeurs attendre les vagues. Puis avant de repartir je passe au point de vue… d’où on voit pas grand chose, même pas là geocache qui s’y trouve. Heureusement il y en a une autre pas loin pour rattraper le coup. Puis je suis une route sympathique qui longe une rivière jusqu’à South West Rocks, parce que le Lonely Planet dit que « sa plage est l’un des rares endroits de la côte est où vous pouvez voir le soleil se coucher sur l’eau ». J’y suis allée, j’ai vu le soleil se coucher derrière les nuages derrière les montagnes. Ce n’est pas la première fois que je perds confiance en ce guide. Bref, il est temps d’aller au campement.

Même les bancs sont dans le thème à Crescent Head


J’ai prévu comme la veille d’aller prendre juste un café à la plage. Mais arrivée au port, une grosse affiche rose « mini pancakes » m’a fait brusquement changé d’avis et tourné le volant. Miam. Pour se balader, la Marina est en travaux et l’accès à l’île voisine bloqué par la même occasion, alors je me replie sur la jetée. Dernière étape obligatoire de Coffs Harbour : Big Banana ! C’est devenu un parc d’attractions mais à l’origine il y avait juste une banane géante pour honorer la culture régionale. J’ai pas fait de toboggan ou quoi que ce soit mais assisté à la fabrication de bonbons 😛 J’en ai fini avec Coffs Harbour et la côte (pour le moment), direction la Waterfall Way vers l’intérieur des terres.

Ils ont installé des portes appareils photos, c’est fou !

Catégories : Australie, Côte Est, Deuxième année | Poster un commentaire

Propulsé par WordPress.com.